Aller au contenu
Université de la terre

La vie
à l'heure
des grandes
transitions

Retrouvez sur notre chaîne YouTube UT TV
les vidéos des débats et des interviews
des éditions de l'Université de la terre
qui se sont tenues à l'UNESCO !

Notre chaîne Youtube UT TV

Actualités

Voir toutes nos actualités

Egis : « D’ici à 2030, l’ensemble de nos projets devra être éco-conçu ou éco-exploité. »

Mercredi 20 Juillet 2022

Egis : « D’ici à 2030, l’ensemble de nos projets devra être éco-conçu ou éco-exploité. »

Laurent Germain, directeur général d’Egis et Président du conseil d’entreprises France-Ukraine, présente les objectifs 2030 du groupe en matière d'éco-conception. Avec un point sur la situation du groupe en Ukraine.

Laurent Germain, vous êtes directeur général d’Egis mais aussi Président du conseil d’entreprises France-Ukraine. Comment avez-vous géré la crise ces dernières semaines, sachant qu’Egis est très implantée en Ukraine ? Quelles recommandations adressez-vous aux entreprises qui seraient en lien avec l’Ukraine ? Allez-vous anticiper la reconstruction ?

Laurent GERMAIN : Le groupe Egis est présent en Ukraine depuis 1993 et nous avions, avant la crise, près de 200 personnes sur place. La première préoccupation qui a été la nôtre a été la sécurité de nos collaborateurs. Dès le début de la guerre, nous avons organisé l’accueil de nos salariées ukrainiennes, pour celles qui le pouvaient, dans nos implantations en Pologne et en Roumanie ainsi que les familles de nos salariés hommes restés sur place pour servir leur pays. Nous avons par ailleurs relocalisé nos employés qui se trouvaient dans les zones plus exposées à l’Est de l’Ukraine vers l’Ouest du pays où, à ce moment-là, le risque était moindre. Nous avons mis en place une collecte de dons des salariés Egis, pour aider nos salariés et leurs familles à subvenir à leurs dépenses de première nécessité.

Parmi les autres actions menées au sein du Groupe depuis le début de la crise, il y a également eu le paiement anticipé des salaires et leur maintien aujourd’hui encore, ainsi que le soutien financier du Groupe à l’ONG Acted.

Ce qui nous a semblé essentiel dans le rôle que nous jouons en tant qu’entreprise est d’assurer, malgré la crise, la continuité des opérations et de donner un maximum de visibilité pour que nos salariés, qui vivent des moments difficiles et incertains, soient rassurés sur le fait qu’il y aura un avenir pour eux au sein du Groupe. Je tiens à saluer l’engagement de tous nos salariés et la forte solidarité dont ils ont fait preuve envers nos collaborateurs en Ukraine.

Nous ne sommes pas la seule entreprise à avoir mis en œuvre des actions de solidarité. À l’occasion de la journée mondiale des réfugiés le 20 juin dernier, 40 entreprises - dont Egis - ont signé la charte de l’inclusion des personnes réfugiées et exilées en entreprise qui atteste de leurs engagements et des actions que toutes mènent à leur échelle.

Concernant mes recommandations aux entreprises, tout dépend bien entendu des capacités à agir de chacune. Je recommande aux entreprises françaises ayant un lien avec l’Ukraine de conserver ces liens : il faut être aux côtés de nos partenaires, dans les bons moments comme dans les moments plus difficiles.

La reconstruction sera dans le temps long, car la situation politique et sécuritaire n’est pas encore stabilisée à l’échelle du pays. Mais nous pouvons, dans un premier temps, anticiper les besoins d’urgence. Les sociétés d’Ingénierie comme Egis seront le fer de lance de la reconstruction, car elles interviennent en amont dès la conception des projets. Si la situation politique et sécuritaire se stabilise rapidement, je suis confiant en l’avenir, les ukrainiens ayant une forte résilience et des ingénieurs très compétents.

Depuis la fin 2021, Egis a un nouvel actionnaire, Tikehau Capital. Qu’est-ce que ce nouvel actionnaire va changer pour Egis ? quelles attentes sont les siennes en matière de transition écologique et climatique ?

L’entrée de Tikehau Capital au capital d’Egis marque une étape cruciale dans la vie de notre Groupe et de nos collaborateurs. Nouveau soutien clé de notre stratégie, aux côtés de notre actionnaire historique la Caisse des Dépôts et des salariés du Groupe, Tikehau va nous apporter des ressources complémentaires pour accélérer notre croissance, favoriser l’élargissement de notre gamme de services et développer plus de solutions innovantes pour répondre aux grands défis sociétaux de notre temps.

Tikehau a en effet investi dans notre société via un fonds dédié à la transition énergétique. C’est un signal très important car c’est une reconnaissance du rôle que nous avons en la matière. Tikehau Capital entend soutenir ainsi l’ambition d’Egis d’être un acteur de référence des infrastructures intelligentes et durables au service de la lutte contre le changement climatique, de la préservation de la biodiversité et de l’amélioration du cadre de vie des populations.  Cela va être un sacré booster des actions engagées depuis plusieurs années en ce sens !

Dans vos métiers (ingénierie, exploitation, construction, mobilité), les questions climatiques et biodiversité sont centrales. Vous avez fixé un cap de 100% de vos projets éco-conçus en 2030. Comment engagez-vous ce défi qui est à la fois indispensable et systémique ?

En effet, d’ici à 2030, l’ensemble de nos projets devra être éco-conçu ou éco-exploité, que ce soit ou non demandé par nos clients.

L’écoconception est un levier d’action majeur pour Egis, qui s’est engagé à systématiser la démarche globale d’écoconception, étendue à nos métiers de supervision de travaux (écoconstruction) et d’exploitation (éco-exploitation). L’autre levier dont nous disposons, c’est une politique volontariste d’open innovation pour développer de nouvelles solutions en lien avec notre écosystème.

Les projets, les missions relatives à l’aménagement du territoire ont des incidences locales sur tous les aspects environnementaux et exercent différents types de pressions sur les milieux (pollution, emprise sur des milieux naturels, artificialisation des sols, consommation d’énergie…). Nous agissons sur la réduction des émissions de carbone, sur les consommations énergétiques et les ressources, en ayant une vision systémique et sur tout le cycle de vie des ouvrages. Notre démarche d’écoconception passe par le choix du réemploi des matériaux combiné à la réduction des impacts locaux fragilisant la biodiversité.

Comment comptez-vous attirer les talents et la jeunesse qui pour une partie d’entre elle est défiante vis-à-vis des entreprises et du monde économique ?

 Je ne perçois pas de défiance vis-à-vis des entreprises et du monde économique, mais plutôt une envie d’engagement de notre jeunesse, de mettre son énergie et de travailler sur des projets uniques au monde, et qui répondent aux enjeux de lutte contre le changement climatique. La décarbonation, tout le monde en parle mais ce sont les entreprises qui la font !

Il est donc de notre responsabilité, en tant qu’entreprise, de montrer l’exemple, d’être un acteur de ces changements et de donner les moyens à nos collaborateurs de travailler effectivement en ce sens.

Compte tenu de ses ambitions de croissance, Egis a décidé de dynamiser sa politique en matière de relations avec les écoles et de diversifier les profils de ses jeunes talents. Des actions qui visent à faire connaître les métiers d’Egis auprès de ce public, et surtout auprès des femmes pour casser les stéréotypes et augmenter l’attractivité de la filière technique. 40% de nos effectifs en stage et en alternance en France sont des femmes.

Notre politique vise à accroître cette diversité. Outre les jeunes issus des écoles d’ingénieurs, nous souhaitons recruter des profils universitaires, littéraires, commerciaux. Et pour les attirer, le Groupe a nommé des ambassadeurs qui, à travers leur propre expérience, incarnent la société et la spécificité de leurs métiers auprès de leurs anciens établissements. Ces efforts doivent apporter, au sein des campus, une visibilité nouvelle à l’entreprise grâce à une communication à visage humain.

Par ailleurs, nous nous adressons à cette jeunesse via des concours d’innovation. Cette année, nous avons lancé avec vous, dans le cadre de notre partenariat avec l’Université de la Terre, le challenge étudiant Team Up for Climate !

Un concours ouvert à l’international et à tous les étudiants sur le thème de l’adaptation au changement climatique pour engager une dynamique collective positive vis-à-vis du changement climatique chez les jeunes générations. C’est un sujet de préoccupation majeur, difficile à appréhender, parfois anxiogène et qui aura des conséquences d’amplitudes très variées sur leur vie quotidienne et leur parcours futur. Ce concours a eu un franc succès, et il nous a réellement permis, à la fois, de partager nos connaissances et de leur transmettre notre engagement sur ces sujets, mais aussi d’être les témoins de leur enthousiasme extraordinaire qui contribue d’ores et déjà à l’émergence de solutions innovantes. Nous pourrons le voir avec les finalistes du challenge qui présenteront leur projet lors de l’Université de la Terre le samedi 26 novembre à L’UNESCO.

Voir toutes nos actualités

Acceptez-vous que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques uniquement ?